L’art des Premières Nations du Canada

totem
Copyright : Ant&Carrie Coleman
Assurances PVT Canada

Les Premières Nations constituent les habitants originels du Canada, ces peuples autochtones qui ont prospéré pendant près de deux millénaires avant l’arrivée des Européens et la transformation de leur territoire. Cet article met en lumière l’art des Premières Nations du Canada, aujourd’hui considéré comme un mouvement culturel à part entière.

Qui sont les peuples des Premières Nations ?

Ce terme désigne les peuples autochtones du Canada installés sur le territoire bien avant l’arrivée des Européens. On les nomme aussi les Indiens ou les Amérindiens. Les historiens les ont divisés en six groupes correspondant aux régions géographiques dans lesquelles ils s’étaient établis :

  • les Premières Nations des régions boisées,
  • les Premières Nations iroquoises,
  • les Premières Nations des Plaines,
  • les Premières Nations du Plateau,
  • les Premières Nations de la côte du Pacifique,
  • les Premières Nations des bassins des fleuves.

Cela comprend les tribus des Abénaquis, des Micmacs, des Pottawatomis ou encore des Mohawks, pour ne citer qu’eux. Les Inuits et les Métis, qui constituent également les résidents originels du Canada, ne sont pas inclus dans cette appellation.

Les peuples qui forment les Premières Nations possèdent de nombreuses spécificités qui leur sont propres, aussi bien en terme de mode de vie, d’habillement que d’organisation sociale. Au total, on dénombre une cinquantaine de langues et de nations autochtones différentes, pour plus de 600 communautés. Cependant, ces peuples possèdent de nombreux traits communs et ont partagé certaines coutumes qui font aujourd’hui partie de leurs traditions. On remarque ainsi une continuité, à travers les époques mais aussi les peuples, dans les arts pratiqués par les Premières Nations.

premieres nations
Copyright : Chris Peters

Les Premières Nations et les arts

Sculpture sur bois : les totems

Si vous avez déjà séjourné au Canada, vous avez certainement aperçu certaines sculptures sur bois réalisées par les peuples des Premières Nations, en particulier sous la forme de totems. Ce sont essentiellement les peuples établis dans l’actuelle province de la Colombie-Britannique et jusque dans le sud de l’Alaska qui sont à l’origine de ces mâts totémiques emblématiques. Les totems, qui peuvent mesurer plusieurs mètres de haut, ne revêtaient pas de signification religieuse mais étaient porteurs de messages ou servaient d’emblèmes dans un village.

Les inscriptions, personnages et couleurs représentés variaient selon la symbolique : le totem installé devant la porte de la maison servait à souhaiter la bienvenue et était superbement sculpté et décoré. Le totem pouvait également être utilisé dans les rites funéraires, auquel cas il était placé devant la maison du défunt l’année suivant son décès. Lorsqu’une personnalité importante mourait, comme le chef de la tribu, le totem funéraire était installé au centre du village. Enfin, le totem de la honte était érigé devant l’habitation de celui ou celle ayant commis une mauvaise action. Dans ce cas, le totem comportait une figurine sculptée à l’effigie de la personne.

La fabrication traditionnelle des totems ne se fait quasiment plus au Canada depuis les années 1900 et la longévité d’un totem dépasse rarement les soixante ans, mais certains artistes Amérindiens font encore aujourd’hui perdurer cette tradition ancestrale.

totem premieres nations
Copyright : Province of British Columbia

Sculpture sur bois : les masques de transformation

Les Premières Nations installées sur la côte Nord-Ouest Pacifique sont également à l’origine des masques de transformation, sculptés dans le bois et portés par les danseurs pendant certaines cérémonies traditionnelles.

De l’extérieur, ces masques représentent un visage animal, que le danseur ouvre à l’aide d’une ficelle afin de dévoiler un second masque, pouvant représenter un visage humain, animal ou appartenant à une créature mystique. En plus de présenter de nombreux détails sculptés dans le bois, les masques de transformation possèdent des couleurs vives et parfois d’autres attributs comme des franges, des poils ou des ailes. Ils symbolisent la transformation et sont, encore aujourd’hui, utilisés dans les cérémonies officielles données par les Premières Nations de la côte Nord-Ouest.

Quotidien : objets traditionnels

Les Premières Nations utilisaient l’art décoratif pour agrémenter un grand nombre d’objets pratiques. Les Iroquois sont notamment connus pour avoir réalisé des objets du quotidien à partir d’argile, comme des pipes, qu’ils décoraient ensuite d’effets visuels et géométriques très détaillés. C’est une tradition ancestrale parmi les peuples des Premières Nations, comme l’attestent certains objets retrouvés (des ustensiles, des sculptures ou encore des objets de cérémonies réalisés à partir d’ossements et de pierres) datant des années 500 après J.C.

PartenaireAssurances PVT Canada

Si les femmes des Premières Nations concevaient déjà des objets à des fins esthétiques avant l’arrivée des Européens, cette tradition s’est renforcée après la prise de contact. L’arrivée des Européens leur a donné accès à des outils supplémentaires pour réaliser leurs œuvres. Les femmes Micmacs et celles issues des tribus proches concevaient des broderies en poil d’orignal, qu’elles décoraient de pics de porc-épic. Suite aux échanges avec les Européens, elles ont commencé à utiliser les perles de verre multicolores pour décorer leur broderie. Ce type de décorations réalisé par les femmes ne se limitait pas à la broderie et était également habituel sur les vêtements et dans la décoration du foyer.

Peinture : le style Woodlands

Ce mouvement artistique a été fondé par Norval Morrisseau au milieu du XXème siècle. Connu comme le « Picasso du Nord », cet artiste était issu de la tribu des Ojibwés, peuple des Premières Nations, et est né dans la réserve de Greenstone en Ontario. Son grand-père chaman lui a transmis les légendes et traditions de son peuple qui sont devenues la base de ses peintures et du mouvement artistique qu’il a créé.

Le style Woodlands est un style visionnaire, aux couleurs vives. Les œuvres mettent en scène des personnages, des animaux, des plantes ou des objets liés à la vie quotidienne et à la culture des peuples des Premières Nations. Le style Woodlands est pratiqué par de nombreux artistes issus des peuples des Premières Nations, les plus connus étant sans doute Carl Ray et Jackson Beardy.

norval morrisseau
Norval Morrisseau

« Indian Group of Seven »: protéger l’art des Premières Nations

Cette organisation professionnelle, dont le nom complet était “Professional National Indian Artists Incorporation”, a été fondée en 1973 par sept artistes des Premières Nations : Daphne Odjig, Alex Janvier, Eddy Cobiness, Jackson Beardy, Carl Ray, Joseph Sanchez et Norval Morrisseau, créateur du style artistique Woodlands. Ces artistes ont œuvré à la promotion de l’art des Premières Nations et de l’art aborigène en général, afin de l’encourager et de le faire reconnaître sur la scène culturelle canadienne.

Cette communauté s’est réunie à de nombreuses reprises au Canada, en particulier lors d’expositions collectives, afin de présenter leurs œuvres et de donner du poids à leur démarche. Les sept artistes ont également organisé des collectes de fonds afin de donner davantage de moyens aux artistes émergeants originaires des peuples autochtones du Canada.

Bien que l’organisation n’existe plus de nos jours, la plupart de ses membres étant décédés, elle a aidé à la promotion de l’art des Premières Nations à l’échelle nationale et a contribué à le faire accepter comme mouvement culturel à part entière, ancré dans les traditions canadiennes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here