Exercer un métier au Canada : les équivalences à connaître

exercer un metier au canada
Assurances PVT Canada

Les formations et diplômes nécessaires pour exercer certaines professions peuvent varier d’un pays à l’autre. Au Canada, il est parfois indispensable de passer des équivalences pour faire reconnaître un diplôme obtenu en France. On décrypte les infos à connaître et les démarches à faire pour exercer un métier au Canada.

ARM : le cas particulier du Québec

En 2008, un accord a été signé entre la France et le Québec : l’Arrangement de Reconnaissance Mutuelle. Ce dernier vise à faciliter la procédure de reconnaissance des qualifications professionnelles et accélérer l’obtention du permis nécessaire à l’exercice de certaines professions réglementées sur les deux territoires.

Les métiers de comptable, boulanger, dentiste, infirmier ou encore ingénieur font, entre autres, partie de l’ARM. Retrouvez la liste complète des 81 fonctions concernées sur le site du Consulat Général de France au Québec. Notez que cet accord concerne uniquement le Québec et ne s’applique pas à l’ensemble du Canada.

Par ailleurs, un accord franco-québécois a également été signé sur la reconnaissance des diplômes. Grâce à celui-ci, le baccalauréat français est reconnu au Québec et donne accès au premier cycle d’études supérieures, de même que le Diplôme d’Etudes Collégiales québécois est reconnu en France. Les diplômes des cycles supérieurs ne sont, en revanche, pas officiellement reconnus.

Faire reconnaitre ses diplômes et certifications

Pour faire reconnaître vos diplômes ou certificats obtenus en dehors du Canada et pouvoir exercer votre profession, vous devrez dans la plupart des cas obtenir une EDE (Évaluation du Diplôme d’Études). Celle-ci vise à authentifier les diplômes obtenus à l’étranger et leur trouver une équivalence canadienne.

exercer un métier au canada

Si l’évaluation comparative des diplômes n’est pas obligatoire pour la recherche d’emploi au Canada, l’employeur qui sera intéressé par votre profil vous demandera sans aucun doute de la présenter avant d’aller plus loin. Par ailleurs, de nombreuses fonctions font partie d’un ordre professionnel spécifique (infirmier, traducteur, travailleur social, dentiste, huissier, urbaniste…). Chaque ordre professionnel pose ses propres conditions (elles peuvent varier d’une province à l’autre), mais la plupart d’entre eux ne traiteront pas votre dossier sans la présentation d’une EDE en cas de diplôme obtenu à l’étranger.

Pour obtenir l’EDE, vous devez vous tourner vers un organisme reconnu par le gouvernement du Canada, comme le Service canadien d’évaluation de documents scolaires internationaux , qui propose des services en français. Retrouvez la liste complète de ces organismes sur le site du gouvernement du Canada.

Zoom sur certaines professions

Voici le processus à suivre pour exercer certains métiers (hors professions faisant partie de l’ARM au Québec). Attention, les exigences et démarches peuvent varier d’une province à l’autre.

Ingénieur

Grâce à un accord bilatéral signé en 1998, les ingénieurs français faisant partie de la Commission des Titres d’Ingénieurs (CIT) et du Conseil National des Ingénieurs et des Scientifiques de France (CNISF) peuvent exercer leur profession sans avoir à passer de diplôme technique pour faire reconnaître leurs compétences. Ils peuvent rejoindre l’ordre professionnel des ingénieurs à leur arrivée au Canada.

Médecin ou chirurgien

Hors Québec (où la formation dispensée en France est reconnue grâce à l’accord de l’ARM), il faut en règle générale passer et obtenir un examen d’équivalence, puis effectuer une période de résidence dans un hôpital canadien avant de pouvoir pratiquer la médecine. La période de résidence varie selon les provinces et les ordres professionnels, elle est par exemple de 3 à 6 mois en Alberta alors qu’elle doit être de 2 ans en Ontario.

etre medecin francais au canada

Professeur

Il n’est normalement pas nécessaire de passer un nouvel examen ou de refaire une formation pour pouvoir enseigner au Canada en ayant obtenu vos diplômes en France. Pour enseigner au Québec et dans un certain nombre de provinces, il faudra avant tout faire reconnaître vos diplômes auprès de l’administration française (évaluation comparative des diplômes) puis les faire parvenir au ministère de l’Immigration canadien. S’il les juge conforme, le ministère de l’Education canadien vous attribuera un permis d’enseigner. Une fois encore, les démarches restent propres aux différentes provinces ainsi qu’à l’employeur.

Infirmier

C’est auprès du Service National d’Évaluation d’Infirmière (SNEI) qu’il faut tout d’abord vous adresser. Ce dernier propose une évaluation des diplômés internationaux en sciences infirmières. Il faut ensuite contacter les différents organismes de chaque province (retrouver la liste sur le site de l’Association des Infirmiers et Infirmières du Canada) afin de passer le NCLEX-RN, examen d’admission à la pratique au Canada. Le Québec est la seule province à posséder son propre examen, qui n’est par ailleurs pas nécessaire pour les Français car le métier d’infirmier fait partie de l’ARM.

Le programme Entrée Express pour les travailleurs qualifiés

Depuis janvier 2015, le programme Entrée Express a été mis en place pour faciliter l’immigration d’un certain nombre de travailleurs qualifiés et leur permettre d’obtenir rapidement la résidence permanente. Pour être sélectionnés, les travailleurs doivent répondre à certaines conditions visant à prouver qu’ils seront capables de s’établir dans le pays et participer à son économie.

Au total, 347 professions sont éligibles au programme d’Entrée Express, dans les domaines de la fonction publique, des sciences, de la médecine mais aussi pour les métiers d’architecte, de développeur web, d’assureur, de bibliothécaire, d’auteur, de photographe, d’artisan… Pour voir si votre profession vous qualifie au programme d’Entrée Express, retrouvez la liste complète sur le site de l’immigration au Canada. Vous pouvez également faire une simulation gratuite en ligne.

Un système de points est en vigueur pour sélectionner les meilleurs candidats. Plus votre profil est solide, plus vous obtiendrez un nombre important de points. Ces derniers seront accordés selon vos compétences, votre parcours, votre âge, votre adaptabilité et l’offre d’emploi qui vous a été offerte. Si vous avez déjà travaillé au Canada dans le cadre d’un permis de travail ou si vous y avez fait vos études, vous remportez des points supplémentaires. Les points sont également accordés en fonction de l’âge : les 18-35 ans font partie de la tranche d’âge la plus avantageuse.

travailler au canada

Il est possible d’obtenir jusqu’à 100 points. Si vous parvenez à obtenir 67 points, vous intégrerez alors le bassin, où vous resterez pendant un an (votre profil expirera à l’issue de 365ème jour). Si vous possédez une offre d’emploi valide et que votre profil est correctement rempli, vous devriez recevoir une invitation à présenter votre demande de résidence permanente de la part du gouvernement canadien.

Hormis le nombre de points nécessaires, les exigences minimales à remplir sont les suivantes :

  • Avoir exercé la profession pour laquelle vous êtes éligible pendant au moins 1560 heures
  • Avoir une offre d’emploi valide par un employeur basé au Canada
  • Avoir les compétences linguistiques suffisantes dans l’une des deux langues officielles du Canada
  • Si votre diplôme ne vous a pas été remis au Canada, vous devez obtenir une EDE (voire plus haut) pour démontrer qu’il est équivalent à un diplôme canadien

Liens utiles :

Accord de reconnaissance mutuelle
Alliance canadienne des services d’évaluation des diplômes
Office des professions du Québec
Gouvernement du Canada

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here