Parc National et réserve de parc national Kluane

Assurances PVT Canada

Si vous recherchez la nature brute et sauvage, si Jack London vous a donné envie de découvrir les paysages reculés décrits dans ses livres, direction le parc national et la réserve de parc national de Kluane, dans le Yukon. Un de ces rares territoires encore préservés de la civilisation, où la nature a gardé ses droits et règne en maître avec majesté, à la fois merveilleuse et dangereuse.

Terre de grandeurs et terre autochtone

Le parc national et la réserve de parc national de Kluane se situent au sud-ouest du Yukon (extrémité nord-ouest du Canada) et de Whitehorse, sa capitale. Ces deux entités distinctes forment un même ensemble ayant une administration commune.

Cet espace d’une superficie de 21 980 km2 fut créé en 1972 et la réserve en 1976. Aujourd’hui, l’ensemble est inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO et constitue ainsi la plus large zone protégée au monde avec trois autres parcs : Tatshenshini-Alsek (Colombie Britannique), Glacier Bay et Wrangell-St Elias (Alaska).

Kluane se compose principalement de montagnes hautes et escarpées, de forêts, de vallées verdoyantes, de champs de glace (« icefields ») dont le manteau blanc et gelé s’étire sans fin sur l’horizon. C’est d’ailleurs ici que l’on trouve le plus de glaciers, en dehors de la zone des pôles.

Du côté de la région de Tachäl, on peut apercevoir le plus haut sommet du Canada, le Mont Logan, qui domine ce vaste territoire du haut de ses 5 959 mètres. Le parc abrite également St. Elias, la plus grande chaîne de montagnes du Canada. Celle-ci est coupée en deux par un fossé appelé « Cuvette Duke ». Les montagnes et la glace représentent 82% de la superficie des lieux.

Lowell Glacier in Kluane National Park, Yukon

Territoire des Premières Nations

Le parc se trouve sur les terres traditionnelles de la Première Nations de Kluane et des Premières nations Champagne et Aishihik, le Tutchone du sud est d’ailleurs la langue prédominante dans cette région. En langage autochtone, Kluane signifie « lac très poissonneux ».

Au départ, ces peuples vivaient sur ce territoire de façon nomade, se nourrissant du gibier qu’ils chassaient et pêchaient. Ils jouaient également le rôle d’intermédiaires entre les Tlingits de l’intérieur, les Tlingits de la côte et les Premières Nations de l’intérieur.

Au début du 20ème siècle, lorsque de nombreux chercheurs d’or, entrepreneurs et pionniers ont envahi la région, entraînant d’importants changements pour les autochtones et poussant ainsi ces derniers à modifier définitivement leur mode de vie.

Aujourd’hui, les Premières Nations de Champagne et de Aishihik occupent une place essentielle dans la gestion des ressources de ces terres ancestrales et font partie du Conseil de gestion du parc.

Une nature incroyablement abondante

La vaste zone naturelle de Kluane est dotée d’une faune et d’une flore particulièrement riches et variées. Ce phénomène s’explique par la superposition des masses climatiques d’air du Pacifique et de l’Arctique.

Ceux qui rêvent de pouvoir observer des animaux typiques dans leur environnement naturel seront servis ! On compte ici plus d’une centaine d’espèces d’oiseaux différentes dont l’aigle royal, le bruant à couronne dorée et le lagopède par exemple. Vous aurez également peut-être la chance d’apercevoir le mouflon de Dalle, la chèvres des montagnes, le caribou, l’orignal et encore bien d’autres animaux ou peut-être d’entendre le hurlement majestueux et glaçant d’une meute de loups.

Mais la grande star de Kluane reste le grizzli puisque c’est l’endroit d’Amérique du Nord où l’on en dénombre le plus.

A grizzly bear family of five - a sow and four cubs focus their attention on an incomiing intruder at Katmai National Park, Alaska. Is it a threat?

Côté végétation, chaque niveau d’altitude expose une flore différente. Dans les vallées, vous traverserez des forêts montagnardes plantées d’épinettes blanches, de peupliers faux-trembles et de peupliers baumiers. Un peu plus haut, dans la zone dite « de transition », poussent des arbustes comme les saules, les bouleaux glanduleux et les aulnes. L’été, des centaines de fleurs alpines font leur apparition sur la toundra, teintant le paysage d’une myriade de couleurs. Un spectacle à ne pas manquer ! Sans oublier les grands lacs aux eaux limpides

Partir à la découverte du parc

Le parc national et la réserve de parc national de Kluane sont l’endroit rêvé pour les amateurs d’exploration, d’observation et de marche. C’est un paradis pour les fans de plein air cherchant de rares endroits encore non spoliés par la main de l’homme. En effet, le parc national Kluane incarne à la perfection les grands espaces sauvages canadiens dont la beauté à couper le souffle et la nature brute imposent le respect comme l’émerveillement.

Que faire ?

Les activités sont nombreuses et diffèrent selon la période de l’année. Vous pourrez y pratiquer la randonnée, le trekking, l’alpinisme, la descente de rivière, l’escalade, la pêche, le vélo de montagne, le ski de fond, les raquettes ou encore l’équitation.

De nombreux tours allant de un à plusieurs jours sont organisés. Vous avez la possibilité de découvrir la zone par vous-même ou accompagnés d’un guide expérimenté. Cependant, pour ceux qui souhaiteraient se lancer dans une exploration en solo, il est important d’être préparés, de rester très prudents et de respecter certaines consignes pour votre propre sécurité comme pour la préservation du parc. Bien que les visiteurs soient nombreux, l’endroit reste un immense espace naturel où l’on peut se perdre, se blesser, voire pire.

La randonnée reste le moyen préféré des visiteurs pour explorer les lieux. Plusieurs itinéraires sont d’ailleurs proposés et vous en trouverez pour les marcheurs de tous niveaux. Parmi ces derniers, King’s Throne, le lac Kathleen, Auriol Trail, la piste de la vallée de l’Alsek, les pistes près de Sheep Mountain, etc. N’hésitez pas à vous renseigner au préalable car certains chemins sont plus difficiles que d’autres et demandent une bonne condition physique. Par exemple, le sentier Cotton wood (70 km) affiche un niveau moyen, tandis que le Glacier Donjek (100 km) affiche un niveau difficile.

14123788371_757a4d580c_k

Si vous y êtes à la bonne époque de l’année (entre l’automne et le printemps), vous aurez la chance de pouvoir admirer les aurores boréales faire danser leurs longs rubans colorés dans le ciel. Le spectacle est féérique et vaut largement la peine !

Autre expérience à tenter, survoler le parc et ses glaciers.

C’est aussi l’occasion d’en apprendre plus sur la culture des Premières Nations.

Où dormir ?

Vous pouvez passer la nuit à Haines Junction où vous trouverez hôtels et motels selon votre budget. Si vous êtes plutôt camping, il est possible de planter votre tente au Lac Kathleen entre mai et septembre.

 

L’entrée du parc est gratuite pour la journée. En revanche, si vous voulez camper sur place, des droits d’entrée s’appliquent : comptez 15,70$ par emplacement et par nuit. Le détail des tarifs est disponible sur le site Parcs Canada.

Accéder au parc

Kluane est situé à environ 180 km de Whitehorse, capitale du Yukon. Pour y accéder, il faut emprunter la fameuse route de l’Alaska (Alaska Highway) ou la Haines Highway. Les deux longent le parc. Il est également possible d’accéder au parc en voiture au niveau du lac Kathleen et au Tachäl Dhäl (Sheep Mountain).

Le village de Haines (côté Alaska) est ravissant avec son petit port typique qui borde les majestueux fjords, et se trouve juste à l’entrée du parc. Situé à l’entrée du parc dont il est le centre administratif, vous y trouverez de quoi faire des restaurants, des stations service, une banque, un bureau de poste et quelques magasins.

 

N’hésitez pas à vous rendre au centre d’information de Haines Junction (côté Canada) et du Tachäl Dhäl (74 km au nord de Haines Junction) pour vous renseigner sur tout ce qu’il y a à faire et à voir.

 

Sources : Parcs Canada, Museevirtuel.ca

Crédits photo :  Bruce BarrettJLS Photography

 

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here