Whitehorse, Yukon : base de départ pour une nature prodigieuse

Whitehorse
Assurances PVT Canada

Amoureux des grands espaces sauvages et nordiques, voici votre destination. Whitehorse est le parfait point de départ pour explorer le mythique Yukon des explorateurs du siècle de dernier et ses aurores boréales. Une petite ville chaleureuse, au coeur d’une nature à l’état sauvage.

Isolée sur la Canadian Highway, loin de tout, Whitehorse est une petite capitale sans prétention au coeur d’une d’une nature prodigieuse. On est ici dans les territoires du Yukon, longtemps restés mystérieux et mythiques, avec un climat quasi arctique et de rudes conditions. Peu accueillant pour les humains, jusqu’à ce qu’on y découvre de l’or. 

Tout semble différent à Whitehorse : la lumière (extraordinairement claire), les couleurs (lumineuses, en été bien sûr), la fraîcheur (vivifiante) : faites l’expérience du Yukon, c’est unique !

Whitehorse, présentation rapide

On vient ici pour découvrir la région, mais on ne manque pas d’être charmé par l’atmosphère si particulière propre aux petites bourgades alentours isolées par les grands froids. Ici, tout le monde a l’air de se connaître, tout le monde parle avec tout le monde, c’est rare et agréable. Polis, souriants et affables, tels sont les habitants de Whitehorse.

Capitale du Yukon, Whitehorse, avec ses 23 200 habitants, dispose de tous les services d’une petite ville. Elle n’en est pas moins la plus grande du Canada du Nord.

Son nom vient des White Horse Rapids de la Yukon River, des rapides à Miles Canyon qui ressemblaient à un cheval blanc. Réputés pour être extrêmement dangereux, ils provoquèrent de nombreux accidents lors de l’exploration des lieux.

Un peu d’histoire

Whitehorse a été rendue célèbre grâce à la Ruée vers l’or de Klondike (Klondike Gold Rush) à la fin du XIXe siècle.

À l’époque, la ville n’était pas forcément recommandable, car peuplée de chercheurs d’or, de trafiquants, d’ambitieux et d’aventuriers de tous poils. Baraquements brinquebalants, saloons malfamés, rues boueuses, hygiène douteuse, fréquentations peu honnêtes, trafics en tous genres, tel était le quotidien de la cité.

D’après des recherches archéologiques, des peuples Amérindiens auraient établi des campements dans les environs depuis quelques centaines d’années, et notamment des sites de pêche à Miles Canyon. Une figure canadienne, Frederick Schwatka fut le premier Canadien à explorer la région et à déceler des traces de présence.

Mais c’est bel et bien la découverte d’or dans le Klondike, en août 1896, ainsi que de cuivre dans la Copper Belt, qui a provoqué un afflux de personnes. Débuta alors la fameuse Klondike Gold Rush qui vit se développer un campement à Canyon City, d’où partait une route de tramway tirée par des chevaux vers Whitehorse. Une ligne de chemin de fer (le White Pass & Yukon Route) fut achevée en 1900, reliant Skagway jusqu’à Whitehorse. Un train fonctionne d’ailleurs encore sur cette ligne aujourd’hui, pour les touristes.

Whitehorse
White Pass & Yukon Railroad – Copyright : appaIoosa

Établie en 1898, Whitehorse explosa dès 1900 : il y avait alors quatre trains par jour.

En 1920, le premier avion atterrit sur les lieux. A l’époque, on ne pouvait rejoindre la ville depuis le « continent canadien » que par air ou par la rivière. Les 2 500 km de l’Alaska Highway furent construits entre mars et novembre 1942 (par les troupes américaines d’ailleurs).

La ville ne fut reconnue qu’en 1951 et déclarée capitale de la Province du Yukon en 1953.

Climat

Le climat est subarctique, comme partout dans le Yukon. Mais la ville étant située dans la vallée Whitehorse, elle est légèrement mieux protégée des températures extrêmes qu’une ville comme Yellowknife. Cependant, il fait froid quand même et pour donner une idée, voici quelques données :

  • La température moyenne de jour en juillet varie entre 14 et 20°C.
  • La température moyenne de jour en janvier ne monte pas plus qu’entre -13 et -22°C.
  • Un bon point ceci dit est que les précipitations sont faibles (c’est la ville la plus sèche du Canada).
  • En été, c’est l’un des rares endroits où vous expérimenterez des journées lumineuses de 20 heures.

Visiter la ville et le Yukon

Il y a tout un tas de choses à voir à Whitehorse et autour. La plupart des visiteurs qui se rendent ici recherchent les grands espaces du Yukon et souhaitent admirer les aurores boréales. La ville n’est effectivement pas leur première raison de visite. Mais pourtant, elle mérite la visite car elle abrite tout un tas d’activités intéressantes : sur l’histoire de la Ruée vers l’or, sur l’environnement, ou encore sur son propre passé.

Whitehorse se découvre progressivement. Récente et de très petite taille, elle n’offre pas de trésors architecturaux, ne comprend aucune construction haute (un seul building de 4 étages) et compte pas mal d’entrepôts. Mais elle se vit au quotidien, à travers l’ambiance chaleureuse qui y règne. C’est doux, agréable et on se laisse vite charmer par l’accueil des locaux.

Et puis, il y a tant à faire dans le Yukon, été comme hiver : chasser les aurores boréales, s’essayer au chien de traîneau ou à pêche sur la glace, faire un tour en avion au-dessus de la banquise, etc.

Whitehorse
Aurore boréale – Copyright : Studiolit

À voir dans la ville

La ville n’est pas grande, donc vous pouvez tout faire à pieds. N’hésitez pas à emprunter le fameux tramway historique de Whitehorse, qui longe la Yukon River.

Il faut aller voir le SS Klondike National Historic Site. Situé sur les quais de la Yukon River, dans le Rotary Peace Park, il est le dernier bateau à vapeur du Canada, et d’origine qui plus est ! Construit en 1929, coulé en 1936 il fut reconstruit puis mis en service en 1937, et arbore encore sa machinerie du siècle dernier. Vous pouvez bien sûr embarquer et descendre la Yukon River pour une jolie balade (vous aurez même un « diplôme » à la fin). Le bateau reliait pendant toute la première moitié du XXème siècle Whitehorse à Dawson City, et était géré par la British Yukon Navigation Company (BYN). Bien sûr, le bâtiment a été restauré depuis, vous pouvez y monter sans crainte.

C’est dans le Rotary Peace Park que sont organisés la plupart des festivals et événements culturels en plein air, comme les célébrations du Canada Day.

Un peu de culture au musée MacBride Museum of Yukon History : cet énorme musée présente une belle exposition sur l’histoire du Yukon, mais pas seulement. Ce qui peut venir à l’esprit en visitant une partie serait salmigondis, fourre-tout, éclectique, etc. On doit surtout se rendre au Yukon Arts Centre, qui dispose d’une galerie d’art et d’un salle de théâtre.

Il faut aussi aller voir un des landmarks de Whitehorse : le Log Skycrapper, l’un de plus hauts bâtiments de la ville, d’époque, et désigné bâtiment historique municipal en 2000.

Rendez-vous aussi au Yukon Beringia Interpretative Center pour un voyage au temps de l’âge de glace. Ce musée paléontologique vous entraînera dans les temps préhistoriques, au milieu des mammouths et des fossiles de la région.

Si vous avez un chien, allez faire un tour au Duffy’s pet store : vous trouverez cet endroit fabuleux, et vous pourrez même lui acheter de petits chaussons fluorescents pour la neige.

Insolite, un restaurant caribéen, Chez Antoinette, si vous êtes en manque de chaleur, d’épices et de sensations du sud. L’établissement est vivement coloré et peut faire un bien fou pendant les jours de grisaille intense.

Pour une soirée festive, tentez le Frantic Follies : ce spectacle vous replonge dans l’ambiance légère et « peu catholique » des saloons de l’époque. Amusant !

Whitehorse
SS Klondike – Copyright : Gareth Sloan

En dehors de Whitehorse

Parce que l’histoire de la ville est étroitement liée à l’activité minière, il faut aller voir le Copperbelt Railway & Mining Museum, à 4 km à l’ouest de Whitehorse.

Faites un arrêt à Long Lake, d’où vous aurez une vue superbe sur la ville ainsi qu’une superbe vue sur des champs de fleurs (à la fin printemps, cela va de soi) : épilobes, ancolies, et deux types d’orchidées. Faites également une pause à Miles Canyon pour son rôle historique, ou aux Takhini Hot Springs pour des bains d’eau chaude en plein air.

Poussez même un peu plus loin pour rejoindre Canyon City, une ville-fantôme abandonnée aux alentours de 1900 et qui vaut le coup d’œil. Pour s’y rendre, il faut s’arrêter au parking de Miles Canyon, puis suivre un chemin de 1,7 km. Des tours guidés sont organisés en été sur le thème de l’histoire et de l’environnement.

Chilkoot Trail national Historic Site présente des objets autrefois échangés avec les « colons » par le peuple Tlingit. Le chemin est reconnu comme site historique en raison de son rôle dans les mouvements de masse durant la Ruée vers l’or.

Quoi qu’il en soit, il faut explorer les environs de Whitehorse. Si vous n’êtes pas en voyage organisé, prenez votre voiture et partez à la découverte des paysages surprenants et somptueux du Yukon. Tout est incroyablement superbe !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.