Manicouagan : la région de Tadoussac et du parc du Saguenay

Manicouagan
Assurances PVT Canada

Située dans la partie sud du Québec, la région de Manicouagan abrite peut-être les sites naturels les plus époustouflants de la province. Vous vous baignerez dans des eaux turquoise, vous longerez des cratères ancestraux, vous apercevrez des baleines au large du Saint-Laurent, etc. Bref, Manicouagan est le lieu idéal pour se créer des souvenirs impérissables et faire des rencontres mémorables.

Manicouagan : carte d’identité

Vous avez certainement remarqué que « Manicouagan » n’a pas une sonorité très francophone. Et pour cause : la région a beau se trouver au Québec, elle tire son nom de la rivière Manicouagan, qui y serpente avant de se jeter dans le fleuve Saint-Laurent. En montagnais, langage parlé par les Innus, peuple autochtone de l’est du Canada, « Manicouagan » signifierait « où l’on trouve du bouleau ». Pourquoi ? Parce que cet arbre était d’une importance capitale pour les amérindiens qui s’en servaient afin de fabriquer des canots.

Manicouagan peut donc faire référence à plusieurs choses à la fois : tout d’abord à la région, dont il est ici question, ou encore à sa rivière. Mais il peut également s’agir du réservoir Manicouagan, le second plus grand lac naturel du Québec qui s’est formé suite au crash d’un astéroïde il y a plusieurs centaines de millions d’années. Le cratère de 70 km de diamètre formé par ce dernier a ensuite été inondé, pour devenir le lac que l’on connaît aujourd’hui. Enfin, lorsque Manicouagan est suivi du terme Uapishka, on fait référence à la réserve mondiale de la biosphère de l’UNESCO, un programme censé protéger la région et son environnement.

Manicouagan

Qu’y a-t-il à voir dans la région ? Suffisamment de choses pour vous occuper pendant une bonne semaine. Trois municipalités sont à ne pas manquer : Tadoussac, Baie-Comeau et Sept-Îles. D’autres villes et villages se trouvent bien entendu dans la région, mais leur population dépasse rarement les 1 000 habitants et leur intérêt est limité lorsqu’on est de passage à Manicouagan.

Niveau curiosités locales, deux escales vous attendent : le parc marin de Saguenay et la Pointe-des-Monts. Il ne vous reste plus qu’à embarquer.

Tadoussac et le parc marin du Saguenay

Si ce nom vous dit quelque chose, c’est tout à fait normal : depuis quelques années, le village de Tadoussac est envahi par les touristes, et notamment par les pvtistes français. Le village en lui-même ressemble aux centaines d’autres que l’on trouve au Québec. Il est vallonné, rural, coquet et entouré de deux collines toutes rondes dont la forme suggestive lui a donné son appellation : en montagnais, « Totouskak » signifie « mamelles ». Rien d’hors du commun jusque là, donc.

Mais Tadoussac est idéalement situé à l’embouchure de la rivière Saguenay et au croisement du fleuve Saint-Laurent, à l’endroit précis où se rejoignent plusieurs espèces de baleines tout au long de l’année. Ces géants marins offrent un spectacle quasi continu aux touristes comme aux locaux, et vous êtes certain d’en apercevoir si vous passez une journée à Tadoussac. Le village compte à peine 1 000 habitants, mais les baleines attirent chaque année près de 300 000 visiteurs.

Manicouagan

L’expérience ultime est, bien entendu, d’embarquer à bord d’un bateau et de partir à la rencontre des cétacés qui ne manquent pas, généralement, de combler leurs admirateurs en leur proposant un véritable petit ballet. Mais soyez prévenu : quand les baleines dansent, ça déménage et ça décoiffe. Été comme hiver, pensez donc à vous habiller chaudement avant de monter sur le bateau. Les vents et le brouillard sont aussi bien souvent de la partie, mieux vaut donc être équipé.

Voici, pour information, trois compagnies qui organisent des croisières au départ de Tadoussac : Croisières Groupe Dufour, Croisières 2001 et Croisière Otis. Vous en trouverez bien entendu d’autres sur place, mais celles-ci sont les plus plébiscitées. Les départs s’effectuent généralement 3 fois par jour et durent, en moyenne, trois heures. Trois heures qui devraient être suffisantes pour que vous fassiez la connaissance de quelques rorquals, d’une ou deux baleines bleues ou encore d’une poignée de bélugas.

Les eaux qui entourent Tadoussac et qui abritent les baleines sont protégées et font partie du parc marin du Saguenay – Saint-Laurent. Comme son nom l’indique, ce dernier est exclusivement constitué d’eau et recouvre une superficie qui se rapproche des 1 300 km2. Le parc est mondialement reconnu pour l’observation des mammifères marins, puisqu’une dizaine d’entre eux s’y trouvent régulièrement comme le marsouin, la baleine à bosse, le phoque du Groenland ou encore le rorqual. Si vous avez l’œil, vous apercevrez certainement quelques bancs de crevettes ou encore plusieurs centaines de capelans, ces petits poissons de l’Atlantique dont les baleines raffolent.

Vous avez le mal de mer ? Pas d’inquiétude, les mammifères marins peuvent être visibles depuis la terre ferme. Il vous suffira de vous renseigner à l’avance auprès de l’accueil du parc sur les endroits les plus propices à l’observation ou, mieux encore, de partir à la recherche des ces petits coins de paradis vous-même.

Astuce : pensez à emporter une paire de jumelles pour pouvoir vraiment vous délecter du spectacle.

Manicouagan

Baie-Comeau, Pointe-des-Monts et Sept-Îles

Avec ses 22 000 habitants, Baie-Comeau est la ville la plus peuplée du Manicouagan et se situe en plein cœur de la réserve mondiale de la biosphère de Manicouagan-Uapishka. On ne peut pas vraiment dire que la ville en elle-même présente un très grand intérêt, puisqu’elle est très industrielle (on y fabrique de l’aluminium) et que son centre ne sort pas de l’ordinaire.

En revanche, s’il fait beau, vous aurez largement de quoi vous occuper grâce à sa multitude de plans d’eau : pêche, canot, kayak, baignade, bronzette, etc. Ses bois accueillent également de discrets locataires que vous aurez peut-être la chance de croiser lors de vos randonnées : lièvre, ours noir, écureuil, orignal, etc.

Notez que la ville est traversée et entourée de sentiers de randonnées pédestres d’une longueur totale de 32 km. Les amateurs de sensations fortes devraient également trouver leur bonheur à Baie-Comeau, puisque s’y trouvent 8 tyroliennes, plusieurs circuits à parcourir en cordée, un mur d’escalade et même un iceberg gonflable.

Manicouagan

Côté découverte, vous trouverez le Jardin des Glaciers, un station d’exploration qui se trouve sur les rives du Saint-Laurent et qui, à l’aide d’expositions et de spectacles en tout genre, vous emmènera 20 000 ans en arrière et vous permettra d’en apprendre plus sur la glaciation unique de la région. C’est joli à voir, et ça rend plus intelligent.

Toujours dans la même thématique, l’Empreinte des Glaciers est un circuit à découvrir à bord d’un canot à moteur. Le guide vous emmènera sur le fleuve, au milieu des sculptures géantes et glaciaires forgées par le temps.

Enfin, ceux que ça intéresse pourront prendre rendez-vous avec un guide autochtone originaire de Manicouagan. Il vous fera découvrir la culture ancestrale des Premières Nations au travers de contes et d’anecdotes mais aussi en vous présentant toutes sortes d’objets uniques en leur genre : plantes médicinales, outils, armes d’époque, etc.

À une heure et demi de route de Baie-Comeau, se trouve Pointe-des-Monts. Cette ancienne localité n’a, aujourd’hui, plus le titre de ville puisque plus personne n’y habite. Auparavant, elle était principalement occupée par des pêcheurs, des chasseurs ou encore des trappeurs amérindiens, mais ces derniers ont fini par déserter la ville lorsque leur activité a commencé à battre de l’aile.

À la fin de la Seconde Guerre Mondiale, il ne restait plus qu’une seule famille à Pointe-des-Monts : celle du gardien du phare. Construit en 1830, celui-ci servait de guide aux embarcations et est aujourd’hui protégé par le gouvernement du Québec qui l’a fait classer comme monument historique. La découverte est plus anecdotique qu’impressionnante, mais si vous voulez vraiment donner un sens à votre venue à Pointe-des-Monts, pourquoi ne pas profiter de cette parfaite tranquillité pour piquer une tête dans le Saint-Laurent ?

Manicouagan

Enfin, puisque vous êtes dans le coin, pourquoi ne pas faire un détour par Sept-Îles ? La ville se trouve au croisement entre les rivières Moisie et Sainte-Marguerite, elle se situe en face de l’archipel qui lui a donné son nom : celui des Sept-Îles, vous l’aurez compris. D’une largeur totale de 11 km, l’archipel n’est pas habité mais des bateaux s’y rendent quotidiennement et vous donneront l’occasion de partir au large. Six plages, toutes de sable, sont disséminées dans la ville de Sept-Îles et vous donneront un véritable petit goût de vacances.

Livres recommandés
Guides de voyage indispensables sur le Québec et le Canada recommandés par JeParsAuCanada.com

- Guide du Routard Québec 2019 : Le guide incontournable !
- Guide Lonely Planet Québec 2019 : La référence par la richesse de son contenu
- Guide Lonely Planet l'essentiel du Canada : Les incontournables du Canada
- Guide du Routard Montréal : Guide complet pour découvrir la ville

Livres et cartes indispensables sur le Québec et le Canada recommandés par JeParsAuCanada.com

- Guide de survie des européens à Montréal : Pratique, instructif et drôle
- Le Québec en camping : 150 Adresses par régions des meilleurs campings
- Petit livre du parler Québécois : Indispensable pour bien comprendre nos cousins !
- 1000 mots indispensables du Québécois :Un petit livre bien utile à tout petit prix
- Québec, 50 itinéraires de rêve ! : Pour préparer son voyage
- Road Book Canada 2018 : Organisez votre voyage au Canada pour pas cher
- Cartes Canada et Québec : Régions, villes et provinces

Livres recommandés

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.