Algonquin, un parc qui se découvre à chaque saison

Algonquin
Pog Lake - Copyright : David Whelan
Assurances PVT Canada

Situé dans le centre de l’Ontario, entre la baie Georgienne et la rivière des Outaouais, le parc provincial d’Algonquin s’étend sur 7 630 km2 de terres et d’eau. Avec plus d’un demi-million de visiteurs chaque année, il est particulièrement prisé par les habitants d’Ottawa et de Toronto qui vivent à quelques heures seulement. Un must-see à ne pas manquer si vous êtes en Ontario.

Le premier parc provincial du Canada

Autrefois, les peuples autochtones se rendaient dans cette zone pour chasser, pêcher et faire de la cueillette, mais ce lieu n’a jamais vraiment été occupé par une population, seulement par quelques petits groupes dispersés.

Puis, au 19ème siècle, l’endroit fut pris d’assaut par les bûcherons à la recherche de bois, notamment de grands pins blancs et rouges. Afin de contrer les dégâts d’une exploitation forestière trop intense, de protéger la faune, la flore et les sources d’eau qui s’y trouvent, Algonquin est établi comme parc national en 1893 et deviendra plus tard parc provincial, le tout premier du Canada.

Les merveilles naturelles d’Algonquin

Le parc se trouve entre les forêts de conifères du nord et les forêts caduques du sud, il comprend ainsi plusieurs écosystèmes et accueille de nombreuses espèces animales comme végétales. Il est constitué de grandes collines parsemées d’érables, de tourbières à épinette, de crêtes rocheuses ainsi que de nombreux lacs (plus de 2400), étangs et cours d’eau (1200 km).

Plus de 1000 espèces de plantes poussent sur ces terres, avec pas moins de 34 espèces d’arbres indigènes et également une belle population de champignons, quelle que soit la saison. Concernant les animaux, le parc n’est pas en reste puisqu’il abrite de nombreux mammifères comme l’orignal, le castor, l’ours noir et même des loups. C’est l’endroit idéal pour voir des orignaux, tandis que les autres seront par contre plus difficiles à observer.

orignal algonquin
Orignal – Copyright : Ryan Hodnett

Pour les amateurs d’oiseaux, sachez que près de 272 espèces résident de façon saisonnière à Algonquin, comme par exemple la mésange boréale, le geai gris, la grive des bois, le Passerin indigo et bien d’autres.

Une multitude de loisirs selon les saisons

Le parc provincial d’Algonquin est accessible tout au long de l’année. Chaque saison a ses activités, ses avantages et ses inconvénients, il suffit de choisir.

Le printemps (mars à juin)

C’est une période assez propice car la nature se réveille, les touristes sont très peu nombreux et les températures correctes bien que les nuits soient encore fraîches. Ici, le printemps est plus tardif que dans les régions alentours en raison des altitudes plus élevées du parc.

C’est la saison idéale pour observer le fameux orignal. Au mois de mai, ne manquez pas non plus le « printemps éphémère », à savoir des centaines de fleurs sauvages qui recouvrent le sol de couleurs, juste après que la neige ait fondu et avant que les feuilles des arbres ne soient complètement apparues. Un spectacle aussi bref que somptueux.

Le printemps est aussi l’occasion de participer à des ateliers gratuits organisés par des bénévoles qui partagent leur savoir sur la nature du parc ou encore sur son histoire.

Parmi les activités proposées, vous pouvez faire de la randonnée (pédestre ou à cheval), du vélo et du canoë-kayak. Le printemps est aussi prisé par les amateurs de pêche et le parc Algonquin est d’ailleurs reconnu comme étant l’un des meilleurs spots pour ce loisir. Attention cependant, celle-ci y est très réglementée.

Attention aux moustiques et mouches noires qui se réveillent eux aussi et n’hésiteront pas à venir troubler votre visite. Pensez à bien vous couvrir et à mettre des produits adaptés si besoin, notamment lorsque le temps est humide.

L’été (juin à septembre)

C’est la saison la plus touristique malgré la chaleur. Il faudra donc réserver le plus à l’avance possible, surtout si vous souhaitez dormir dans le parc.

Pendant l’été, le canoë-camping est l’activité favorite puisqu’elle permet notamment de se baigner dans les eaux fraîches des différents lacs et rivières.

Vous pouvez également profiter de promenades guidées, faire du vélo et de la randonnée.

Une fois de plus, attention aux insectes nuisibles qui sont particulièrement voraces à cette période de l’année.

L’automne (septembre à décembre)

Il est particulièrement spectaculaire à Algonquin, surtout vers fin septembre et début octobre. En effet, sa robe se pare de couleurs chatoyantes, notamment les nombreux érables qui étendent leur rouge sur des kilomètres. Sublime !

L’automne à l’avantage d’être plus léger que l’été en terme de monde. De plus, il vous est toujours possible de camper dans certaines zones, de randonner et de faire du vélo. C’est aussi une bonne saison pour observer l’orignal et, avec un peu de chance, pour entendre les loups hurler dans la nuit.

L’hiver (décembre à mars)

Bien que très épaisse, la neige n’empêche absolument pas de parcourir le parc en hiver, bien au contraire. Vous pouvez observer les traces du passage des animaux sur le sol poudreux ainsi que quelques oiseaux.

Je vous conseille vivement une randonnée dans la neige, le paysage prend une allure complètement différente lorsqu’il se couvre de blanc et de glace. À pied, mais aussi en raquettes, en vélo de neige, en luge ou en ski de fond puisque le parc dispose de 85 km de pistes. Vous pourrez également vous essayer au traîneau à chiens, faire du patin à glace sur le lac Mew et dormir dans une yourte chauffée.

Algonquin
Blue Jay – Copyright : Fabian Viana

Pensez tout de même à vous renseigner avant car des zones sont fermées à cette période et certaines de ces activités ne se pratiquent pas partout dans le parc.

Les autres activités

  • Le parc Algonquin offre un environnement idéal pour observer les étoiles le soir.
  • Le 18 février, le festival Winter in the Wild célèbre la nature sauvage hivernale en encourageant les familles à profiter des activités d’hiver possibles dans le parc.
  • Le Musée Algonquin Logging, près de l’entrée est, vous permet de revivre l’histoire de l’exploitation forestière dans la région Algonquin.
  • Poussez la porte de l’Algonquin Art Center, une galerie d’art de renommée mondiale, située dans le parc, présentant certains des plus grands artistes canadiens ayant pour sujet principal la faune et de la flore sauvages.
  • Pour le vélo, des pistes cyclables sont ouvertes jusqu’à l’automne.
  • Pour les marcheurs, de nombreux sentiers pour tous les niveaux sont proposés.

Un dernier conseil en passant, consultez la météo avant de visiter le parc, notamment en hiver et en automne.

Quels logements ?

Vous avez la possibilité de dormir dans plusieurs endroits du parc avec différents types de logements : emplacements de camping, yourtes et cabines. Certains sont accessibles en voiture, d’autres en canoë. Pour le camping, vous trouverez des sites basiques avec emplacement pour la tente, coin feu et toilettes sèches, et d’autres plus développés avec électricité, toilettes classiques, laverie et douches chaudes.

Algonquin
Pinetree Lake – Copyright : Edwin Poon

Les prix des différents logements varient évidemment selon le choix.

Si vous choisissez de dormir à l’extérieur du parc, vous trouverez des campings, mais également de nombreux hôtels, B&B et logements en Airbnb. Voir notre rubrique hébergement plus bas.

Retrouvez nos suggestions en fin d’article.

Accéder au parc provincial d’Algonquin

L’autoroute 60 est la seule route principale qui traverse le parc et se situe au sud. Elle est ouverte toute l’année. D’autres routes permettent cependant d’y accéder, notamment la route transcanadienne (route 17) qui passe au nord du parc et à l’est, ou encore la route 11 qui passe au nord puis sur le côté ouest.

Le Centre des visiteurs se trouve au kilomètre 43 de l’autoroute 60 à l’est du parc

Comptez environ environ 3h depuis Ottawa, idem depuis Toronto, et 5h depuis Montréal.

Vous devez obtenir un permis pour visiter le site, que vous y passiez une journée ou plus de temps. Comptez 17$ par véhicule pour une journée (de 7h à 22h). Plus d’infos sur le site du parc.

Quelques infos pratiques

  • Vous trouverez quelques restaurants à l’intérieur du parc d’Algonquin, ainsi qu’un petit café situé au centre d’accueil.
  • Il vous sera possible de faire des courses et de l’essence dans deux magasins du parc sur la route 60, cependant vu les prix, le mieux est de faire le plein de nourriture avant.
  • Si vous passez par la petite bourgade de Combermere, à environ 1h d’Algonquin, faites un stop au Old School café, une ancienne école transformée en café. Les petits déjeuners y sont copieux et délicieux, le personnel adorable.

Nos conseils d’hébergement du petit prix au coup de cœur

Un hôtel avec un excellent rapport qualité prix

Spring Lake Resort

Cet hôtel confortable est situé vers l’une des entrées ouest du parc, dans la toute petite ville de Dwight. Posé sur Spring Lake, il possède une plage privée à laquelle vous pourrez accéder facilement. Pour en profiter, canoes et kayaks sont mis à la disposition des convives, et ce gratuitement. Les chambres ont des vues sur le lac ou sur l’agréable jardin. Un havre de paix. En savoir plus

Notre coup de cœur

Four Seasons Algonquin Cabins

Pour profiter d’une indépendance totale et être en communion avec la nature sans faire de compromis sur le confort, les cottages proposés par cet établissement sont ce qu’il y a de mieux ! Ils possèdent tous une kitchenette et une salle de bains et sont installés au bord de la rivière. Le parc se trouve seulement à une vingtaine de minutes en voiture. En savoir plus

Notre choix d’hébergement petit prix

The Mad Musher – Hostel

Idéalement située à la délimitation du parc, juste à côté de l’Algonquin Logging Museum et du sentier de randonnée qui lui correspond, cette auberge offre des chambres privées pouvant accueillir jusqu’à 4 personnes à des prix défiant toute concurrence. Mis à part les lits, les chambres ne sont guère meublées et la salle de bains est à partager, mais le rapport qualité prix reste imbattable. En savoir plus

Livres recommandés
Guides de voyage indispensables sur le Québec et le Canada recommandés par JeParsAuCanada.com

- Guide du Routard Québec 2019 : Le guide incontournable !
- Guide Lonely Planet Québec 2019 : La référence par la richesse de son contenu
- Guide Lonely Planet l'essentiel du Canada : Les incontournables du Canada
- Guide du Routard Montréal : Guide complet pour découvrir la ville

Livres et cartes indispensables sur le Québec et le Canada recommandés par JeParsAuCanada.com

- Guide de survie des européens à Montréal : Pratique, instructif et drôle
- Le Québec en camping : 150 Adresses par régions des meilleurs campings
- Petit livre du parler Québécois : Indispensable pour bien comprendre nos cousins !
- 1000 mots indispensables du Québécois :Un petit livre bien utile à tout petit prix
- Québec, 50 itinéraires de rêve ! : Pour préparer son voyage
- Road Book Canada 2018 : Organisez votre voyage au Canada pour pas cher
- Cartes Canada et Québec : Régions, villes et provinces

Livres recommandés

1 commentaire

  1. Bonjour, je souhaite avoir quelques renseignements supplémentaires. Mon compagnon et moi même souhaitons nous rendre au parc Algonquin à la mi avril. Est ce que les campings, commerces et activités sont ouvertes à cette période ? Est il possible d’y faire du canoë kayak ? Merci beaucoup d’avance.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.