PVT cherche travail au Canada : conseils et mode d’emploi

travail au Canada
Assurances PVT Canada

Le PVT permet d’exercer tout type de travail au Canada, ce qui ne veut pas forcement dire que vous trouverez facilement. Loin de vouloir vous décourager, le but est de vous faire comprendre qu’ici non plus le travail ne tombe pas du ciel, mais que si vous êtes motivés et persévérants, vous avez toutes les chances de trouver !

Votre recherche dépendra de vos objectifs (petit boulot, travail dans votre domaine de compétence), de la région dans laquelle vous vous installez (anglophone ou francophone, ville ou campagne), etc.

PVT et travail au Canada

Avec un PVT, vous êtes plutôt destiné à exercer des petits jobs sur de courtes périodes.

Si vous partez dans l’idée de rester sur place et que vous cherchez à travailler dans votre domaine de compétence, cela risque d’être plus difficile mais pas impossible. La concurrence est rude et à part si vous avez un talent particulier dans un domaine et/ou si vous êtes totalement bilingue, il se peut que vous ayez du mal à trouver. Il y a plusieurs raisons à cela :

  • La crise existe aussi au Canada, ce qui implique une raréfaction des offres d’emploi, donc plus de concurrence.
  • Vous n’êtes pas Canadien. Pourquoi embaucher un Français plutôt qu’un Canadien pour travail ? À part si vous êtes un expert connu dans un domaine, vous ne passerez pas en tête de liste. D’autant que vous ne pouvez même pas avancer l’avantage de la langue, puisque les Québécois parlent aussi français.
  • Les Canadiens aiment que vous ayez de l’expérience acquise sur le territoire, dans des entreprises nationales. Il vous faudra généralement passer par un petit job pour vous faire cette expérience.
  • Le Programme vacances travail est à durée déterminée. Or, quand une entreprise décide de vous embaucher pour un emploi à responsabilités, elle vous forme en espérant que vous resterez le plus longtemps possible en son sein. Un PVT étant limité à deux ans, on vous dira de revenir quand vous aurez acquis la Résidence, même si votre CV est intéressant. Certaines agences d’intérim ne vous reçoivent même pas si vous mentionnez votre statut de PVT car beaucoup d’entreprises refusent les candidats en « situation provisoire ».

Travailler au Canada, oui, mais avec le sourire !

Sachez que, et c’est essentiel lorsque l’on trouve un travail au Canada, notamment si vous exercer un poste en relation avec du public. Le « customer service » ou service à la clientèle est quasiment une religion ! Vous devez être souriant, dynamique, aux petits soins avec les clients en allant vers eux et en devançant leurs besoins.

Parler anglais… ou pas

Si vous parlez anglais couramment, c’est un avantage certain ! La majorité des jeunes Québécois sont bilingues (dans les métropoles surtout), vous serez donc en concurrence avec eux. Dans la partie anglophone du Canada, c’est encore plus utile évidement.

Si vous ne parlez pas bien anglais, c’est embêtant mais moins fâcheux pour ceux qui souhaitent rester au Québec. Ceci dit, pas d’angoisse ! Le Canada anglophone est habitué aux immigrés, de nombreuses personnes ne parlent pas couramment anglais. Il est toujours possible de vous débrouiller et de trouver du travail.

La meilleure solution reste quand même de revoir un peu votre anglais avant de partir ou pendant votre voyage.

Ville ou campagne ?

Vous trouverez plus facilement des petits jobs dans les grandes villes, où ils sont particulièrement nombreux. Le turnover est tel que même si la concurrence est réelle, vous avez toutes vos chances.

Dans les petites villes, il y en a moins d’opportunités mais cela ne signifie pas que vous ne trouverez rien car elles sont généralement moins prises d’assaut par les pvtistes donc moins de compétition.

Part-time ou full-time ?

Au Canada, beaucoup de petits jobs sont en part-time (mi-temps). Ils sont souvent réservés aux étudiants, pour qu’ils puissent travailler et ainsi financer leurs études.

À vous de voir ce que vous préférez : un mi-temps, enchaîner plusieurs mi-temps ou trouver un temps complet. En sachant que le travail à temps partiel vous permet de profiter de l’endroit où vous êtes lorsque vous ne travaillez pas.

Commencer en bas et monter vite

Si vous commencez souvent en bas de l’échelle, les opportunités pour évoluer sont nombreuses, très accessibles et très rapides. Si on voit que vous travaillez bien, vous aurez vite la possibilité de passer de staff à manager, avec le salaire qui va avec.

travail au Canada

La recherche

Chercher avant ou sur place ?

Il est souvent conseillé d’être sur place pour rechercher du travail, de telle sorte que si un employeur vous appelle pour un entretien, vous êtes libre immédiatement. Être sur place vous permet aussi de déposer vos CV directement dans les boutiques, les restaurants et autres lieux qui vous inspirent.

Ceci dit, rien ne vous empêche de commencer les recherches avant pour voir de quoi il en retourne en allant sur internet ou en vous renseignant autour de vous (un ami à vous connaît peut-être quelqu’un qui gère une société au Canada…).

Où chercher du travail au Canada ?

Sur internet

Outre le fait de proposer un vaste choix d’offres, internet peut vous donner une idée des types d’emplois particulièrement demandés et vous permettre de cibler selon vos souhaits.

Vous pouvez faire un tour sur les sites et commencer à postuler. Cependant, vous aurez besoin d’un CV canadien et surtout d’être sur place si l’on vous propose un entretien.

Voici quelques sites où vous pourrez trouver des annonces :

Pour le Québec, l’Association France-Québec vous offre une tonne d’informations. Consultez aussi les sites Emploi Québec et Emplois immigrants.

Nombreux sont ceux qui postuleront sur internet aux mêmes annonces que vous, mais c’est le jeu et cela vaut largement la peine d’essayer !

Dans les agences d’intérim/de placement (« Placement agencies »)

Voici quelques agences parmi les nombreuses autres que vous pourrez trouver au Canada :

Kelly services, Quantum, Anne WhittenManpowerRandstadAdeccoAltis, etc.

Vous pouvez envoyer votre CV par le biais de leur site, répondre à une offre en ligne ou vous rendre directement sur place.

Ils vous contacteront dans les deux cas. Il s’agit souvent de missions administratives, ou de postes de réceptionnistes, d’accueil, etc. Ces agences vous demanderont :

  • un CV
  • une lettre de motivation
  • votre numéro NAS
  • votre passeport avec le visa qui y est rattaché

Les agences feront remplir un formulaire concernant les impôts, passer des tests de compétences (logiciels du Pack Office indiqués dans votre CV), mais aussi un test de dactylographie, etc. Si vous recherchez du travail dans une province anglophone, vous devrez avoir un bon niveau d’anglais (votre candidature sera de toute façon en anglais).

Une fois les tests passés, ils conservent votre CV et vous rappellent si une offre vous correspond. Il vaut mieux être rapide à répondre car si vous ne décrochez pas, l’agence appelle d’autres personnes sur leur liste.

Directement sur place

C’est une méthode plutôt efficace, notamment si vous cherchez un job dans un café, un restaurant, une boutique, etc. Vous trouverez certainement des annonces sur le devant des vitrines. Entrez avec votre CV et votre plus beau sourire, montrez que vous êtes motivé.

Même s’il n’y a pas d’offre d’emploi en vitrine, n’hésitez pas à déposer votre CV. Ils ont l’habitude et ne reçoivent jamais mal, au contraire, ils aiment que vous preniez l’initiative !

De grandes enseignes comme Starbucks, Blenz, etc. vous renverront sur leur site internet, où il vous faudra remplir un questionnaire et choisir dans quel point de vente vous souhaitez travailler.

travail au Canada

Via le réseautage

Le réseautage ou « Networking » est très prisé pour trouver du travail au Canada et fonctionne pour beaucoup de personnes. Le principe consiste à parler de vos recherches de travail à vos amis, aux gens dont vous faites la connaissance, etc. Les amis d’amis auront peut-être le poste ou le contact qu’il vous faut ! Vous pouvez aussi bénéficier de précieux conseils, notamment de la part de personnes canadiennes ou dans le pays depuis plus longtemps que vous.

Utilisez aussi les réseaux sociaux comme Facebook ou Linkedin (plus professionnel). Des « soirées réseautage » sont souvent organisées (regardez sur facebook) et fonctionnent très bien !

À savoir

  • Même si vous ne vous sentez pas assez qualifié par rapport au poste propose, n’hésitez pas à envoyer votre candidature, vous n’avez rien à perdre au contraire ! Faites en sorte de faire ressortir des qualités et compétences sur votre CV qui soient en adéquation avec le poste en question.
  • Attention aux arnaques qui peuvent être nombreuses. On vous proposera le job de rêve avec salaire mirobolant et tout ce qu’il faut. Seulement il s’agit souvent de vente pyramidale ou encore de porte-à-porte (travail plutôt ingrat) donc laissez tomber si vous avez un doute.
  • Ne transmettez pas votre NAS et jamais avant d’être embauché.
  • Si la mention « emploi subventionné par Emploi Québec » est indiquée, vous ne pourrez pas postuler au job en question. En effet, seuls les résidents permanents et les citoyens canadiens sont admissibles aux postes subventionnés par Emploi Québec.
PARTAGER

17 COMMENTAIRES

  1. Est-il possible que si par malheur, nous n’avons pas de PVT, de tout de meme partir et de voyager et de faire des petit job à la semaine de la meme manière?

  2. Hellos tous les PVTISTES,

    Je remercie tout d’abord les administrateurs de ce site qui apportent beaucoup d’informations très intérressantes.

    Je voulais également vous faire part de mon expérience en tant que pvtiste pour trouver un travail. En effet, il n’est pas aisé de trouver un travail même en connaissant les normes.

    C’est pourquoi, nous avions contacté avant de partir Danielle STARACI pour la rencontrer dès notre arrivé. Nous somme arrivés le 1er octobre 2016.

    En effet, elle propose d’aider les nouveaux arrivant à refaire leurs CV aux normes Québecoises, elle connait très bien le monde du travail et propose des placements en entreprises sur offre d’emploi mais également des conférences sur divers sujets (logements, taxes, système bancaire, travailler à son compte…).

    Grâce à elle nous travaillont tous les deux depuis le 15 octobre 2016.

    C’est un vrai guide lorsqu’on arrive à Montréal. Vous pouvez visité son site internet ou me contacter. Nous serions ravis de vous parler de notre expérience.

    Amandine et Clément.

    • Bonjour Sophie,

      oui le PVT conviendrait tout à fait et il te donne deux ans donc tu peux largement prévoir plus d’un mois si tu en as envie. En revanche, je te conseille vivement d’attendre de l’obtenir avant de prendre tes billets! 😉

        • Et est il possible par exemple de faire traviller en plusieurs fois, c’est à dire, par exemple venir 2 mois travailler, rentrer en France et revenir l’année prochaine pour travailler encore une fois 2 mois ? Tant que ça ne dépasse pas les 2ans bien sur

          • En fait quand tu arriveras au Canada, ton visa s’enclenchera avec les deux ans qui lui sont rattachés (si tu fournis tous les papiers à la douane). Dans ces deux ans, tu peux entrer et sortir du territoire autant de fois que tu veux, cela ne change rien.

        • Il s’agit d’un système de tirage au sort. Il y aura plusieurs « rondes d’invitation » organisées pendant lesquels des candidats seront piochés au hasard. La première ronde devrait commencer fin décembre et ensuite à intervalle jusqu’à épuisement des quotas. De ce fait, la durée d’obtention est aléatoire tant que tu n’as pas été tirée au sort. Je t’invite à consulter l’article sur l’initiative EIC pour mieux comprendre le fonctionnement.
          Une fois que tu as été sélectionnée, il te faudra envoyer la demande au complet et payer les frais payés. À partir de là, tu devrais avoir une réponse sous 8 semaines ou moins.
          Pour la demande, il te suffit de suivre le Pas à pas : étape 1 puis étape 2.

          Bonne chance !

  3. Bonjour,
    Je suis consultant IT/management spécialisé en secteur public (mes clients sont des administrations). Je viens d’avoir un PVT mais j’hésite un peu à partir vu les commentaires lus sur beaucoup de sites et témoignages d’amis sur place.
    Apparemment la recherche est assez difficile, voire plus dur qu’en France où c’est le plein emploi pour les cadres…(surtout à Paris).
    Il semblerait en effet que l’expérience acquise en France n’est pas du tout reconnue. ça ne me dérange pas de commencer par un poste plus bas (sans aucun mépris de ma part), mais j’espère avoir au moi ma chance et ne pas me retrouver sans job sur place.
    Donc j’ai peur de lâcher la proie pour l’ombre.
    Des témoignages positifs?

  4. Bonjour
    Moi’ ibtissem algérienne
    j’ai un diplome marketing et management.
    Un diplome de la haute couture
    J’ai niveau 2 éme lycée
    J peux travailer au cannada
    Bientôt je vais aller au cannada

  5. Je suis jeune camerounais et je sollicite un contrat de travail canadien quel que soit le niveau pour joindre à ma demande de visa, Pour faciliter l’obtention et venir travailler au Canada. Es ce que c’est possible de m’aider dans ce sens car mon rêve est d’être canadien un jour.

  6. Salut,
    Je suis Peterson Noël, né à Port-au-prince, je suis Chrétien et normalien, d’épuis quelques décennies mon rêve d’être travailler au Canada, faîtes moi sortir dans mon rêve merci les autoritès Canadiens pour votre aide envers les haïtiens…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.