PVT au Canada : les démarches à entreprendre avant de partir

PVT au Canada
Downtown Vancouver - Copyright : Magnus Larsson
Assurances PVT Canada

Avant de partir en PVT au Canada, il vous reste encore quelques petites choses à faire pour être prêts, vous envoler l’esprit tranquille et pour faciliter votre arrivée. Voici donc un récapitulatif des différentes démarches à effectuer au préalable. 

L’assurance 

La souscription d’une assurance santé (maladie, hospitalisation et rapatriement) est un des critères d’obtention du PVT. La preuve de cette couverture médicale vous sera exigée par un agent lorsque vous passerez la douane. Ne prenez pas de risque là-dessus. D’une part, parce qu’on peut vous refuser l’entrée sur le territoire canadien si vous ne l’avez pas. D’autre part, parce que même si vous réussissez à entrer, dans le cas où vous auriez un problème de santé, la note risquerait fort d’être salée !

Il existe plusieurs organismes qui proposent des assurances spéciales PVT comme l’ ASFE et Travel Zen.

Le billet d’avion

La première chose à faire est de fixer votre date de départ pour ensuite réserver votre billet. Plusieurs compagnies desservent le Canada depuis la France : Air Canada, Air France, Lufthansa, British Airways, KLM, Air Transat, etc.

Air Transat propose généralement des vols défiant toute concurrence au niveau prix, mais le confort n’est pas le même que chez Air France ou Air Canada par exemple.

PVT au Canada

L’argent

Arrangez-vous si possible pour disposer d’une somme relativement importante durant les premières semaines afin d’assurer les frais d’installation : caution d’un appartement, achat de voiture, etc.

Si vous comptez voyager tout de suite, vous allez également dépenser plus qu’en France dans votre vie de tous les jours.

Notre conseil serait de partir avec un peu d’argent canadien changé en France ou d’emmener de l’argent français et de le faire changer au Canada. Renseignez-vous sur le taux de change et sur les commissions prélevées par les différents établissements bancaires. 

Et une fois sur place, le mieux est d’ouvrir un compte rapidement puis de procéder à un transfert.

Évitez de retirer trop souvent de l’argent au Canada avec votre carte française, commission oblige (un seul gros retrait vous coûtera moins cher que plusieurs petits) ! Dans le cas contraire, essayez de le faire avec un établissement partenaire de votre banque française si possible.

Vous aurez d’ailleurs plusieurs points à régler avec votre banquier français avant de partir :

  • Démarches pour gérer votre compte depuis sur internet.
  • Montant de votre plafond hebdomadaire de retrait : demandez de l’augmenter sans frais si vous ne pouvez pas retirer au-delà d’un certain plafond autorisé chaque semaine.
  • Montant des frais si vous retirez à l’étranger.
  • Montant des frais si vous faites un transfert international.
  • Montant des frais si vous changez de l’argent français vers le Canada chez eux, et inversement.
  • Banque partenaire au Canada : toutes les banques françaises quasiment ont un partenaire étranger. L’avantage est que si vous retirez chez eux, il n’y a pas de frais et les transferts sont moins coûteux.
  • Papiers certifiant que vous avez des fonds et que vous êtes un bon client (cela peut toujours servir si vous avez des problèmes pour ouvrir un compte au Canada).
  • Procédure pour effectuer un transfert international vers le Canada depuis internet.

PVT au Canada

Le travail

Si vous travaillez en France et que vous projetez de partir en PVT, vous devrez quitter votre poste de façon temporaire ou définitive, plusieurs possibilités s’offrent à vous.

Pour trouver un emploi au Canada, le mieux est évidemment d’être sur place. Vous pouvez cependant commencer à regarder les offres d’emploi dans vos domaines de compétence et dans la région où vous comptez rester afin de vous faire une idée.

Concernant le CV et la lettre de motivation, ils sont indispensables pour trouver du travail. Cependant attention, la présentation est différente au Canada. Il faudra donc mettre vos documents à jour et les adapter, en plus de les traduire si vous allez dans une région anglophone.

Les médicaments

N’hésitez pas un faire un check-up chez les différents spécialistes avant votre départ (dentiste, ophtalmologue, gynécologue pour les filles, etc.) !

Consultez également votre médecin afin qu’il vous délivre les ordonnances nécessaires en cas de traitement longue durée ou de pilule contraceptive par exemple. Si vous êtes dans une de ces deux situation, assurez-vous d’avoir la quantité de médicaments pour toute la durée du voyage.

N’oubliez pas de prendre vos ordonnances avec vous au cas où (demande d’un médecin sur place, contrôle à la douane, etc.).

La sécurité sociale

Il est normalement obligatoire de les prévenir si vous partez plus de 5 mois. À vous de décider… Quoi qu’il en soit, si vous les informez de votre voyage, vous serez provisoirement radié, mais pas de panique, vos droits vous seront restitués à votre retour dans tous les cas : retour au travail ou chômage (l’inscription à Pôle Emploi rouvrira automatiquement vos droits). Si vous n’êtes dans aucun de ces cas-là, il existe maintenant la couverture universelle dont vous pourrez bénéficier dès trois mois après votre retour.

La mutuelle française

Elle ne vous servira pas à l’étranger (nous ne vous conseillons pas de souscrire à une option « étranger » d’une Mutuelle française, car elles sont souvent très onéreuses).

Vous avez le choix de la garder si vous avez les moyens (malgré les frais, l’ancienneté est souvent avantageuse) ou de la résilier pour souscrire à un nouveau contrat lorsque vous reviendrez.

Le chômage

Notre conseil est de vous inscrire à Pôle Emploi si vous avez travaillé plus de 4 mois, quelle que soit votre situation (démission, rupture conventionnelle, fin de CDD, etc.) et si vous comptez chercher du travail à votre retour. D’autant que si vous avez travaillé et que vous partez plus de 12 mois sans vous être inscrits, vous perdez vos droits.

Le téléphone

Vous avez deux solutions :

  1. Changer votre abonnement mais garder votre opérateur en prenant le forfait dont le tarif est le plus bas. Cela vous évitera bien des soucis et vous permettra de garder votre numéro français quand vous rentrerez. Par contre, cela signifie continuer à payer un forfait, aussi bas soit-il, alors que vous ne l’utilisez pas. Certains opérateurs ont des forfaits permettant d’appeler et d’être appeler gratuitement depuis de nombreux pays, y compris hors Europe donc renseignez-vous !
  2. Résilier votre abonnement. Cette solution paraît plus logique mais sera également plus laborieuse selon votre opérateur. Sachez cependant qu’un départ à l’étranger est un motif valable de résiliation, même dans le cas où vous êtes encore engagé.

Vous trouverez sur internet des lettres type qu’il vous faudra envoyer à votre opérateur. Ce dernier essayera certainement de vous compliquer la tâche mais insistez !

La voiture

Le Permis international

Si vous comptez rester plus de 3 mois au Canada, il vaut mieux avoir un permis international pour pouvoir conduire bien qu’il soit rarement demandé. Ce document valable 3 ans devra toujours être accompagné de votre permis de conduire français qui lui est essentiel.

Le permis international est gratuit. Pour l’obtenir, il vous suffit de faire la demande (par courrier ou en personne selon les départements) auprès de votre préfecture, de votre sous-préfecture ou auprès du bureau des permis de conduire pour ceux qui habitent à Paris.

Consultez la liste des documents à présenter pour faire votre demande sur le site du Service Public.

Attention, il faudra le demander avant votre départ car vous ne pourrez plus le faire une fois à l’étranger. Les délais peuvent aller de quelques jours à quelques semaines donc ne vous y prenez pas au dernier moment.

L’assurance

Si vous avez une voiture en France et que vous comptez en acheter une au Canada, allez voir votre compagnie d’assurance pour demander un historique. Cela pourra vous faciliter les choses pour souscrire à une assurance une fois sur place.

Si vous prêtez votre voiture française, ajoutez le nom de la personne sur votre assurance afin qu’elle puisse l’utiliser et être couverte.

Réserver un hôtel à votre arrivée

Il est toujours plus rassurant de savoir où l’on va atterrir après plusieurs heures de vol. Si vous n’avez pas encore de logement sur place, ni de personne pour vous accueillir, pensez à réserver au moins trois nuits dans un hôtel ou une auberge. Vous aurez ainsi la possibilité de vous poser tranquillement en arrivant, et de récupérer du décalage horaire.

PVT au Canada

PVT au Canada : les documents à ne pas oublier

Voici une liste des principaux papiers à emporter avec vous :

  • Passeport
  • Lettre d’introduction
  • Billet d’avion
  • Carte d’identité
  • Permis de conduire (français et/ou international)
  • Papiers d’assurance santé
  • Une attestation de fonds ou un relevé de compte justifiant que vous avez au moins 2500CAD$ (environ 1 600€ au taux avril 2018). Le document doit dater d’une semaine ou moins avant votre départ.
  • RIB
  • Quelques photocopies des documents ci-dessus
  • Ordonnances des médicaments (s’il y a lieu)

Vous pouvez aussi emmener deux ou trois photos d’identité et des CV si vous avez déjà préparé les vôtres.

3 COMMENTAIRES

  1. Bonjour .
    Je suis Tchadienne, j’aimerai aller au Canada plus preciement au Quebec chercher le travail et rester pour un temps. Je me demande si les demarches sont les meme que toutes les informations ci-haut.

  2. Bonjour.

    Je suis Français et j’aimerais aller au canada chez ma tante pour une durée de 6 mois afin d’améliorer mes connaissances linguistiques de l’anglais. Ce que j’aimerais savoir c’est la chose suivante : ai-je réellement besoin d’avoir des fonds sur mon compte comme il se dit sur le site du canada car comme je l’ai précisé je vais chez ma tante donc je n’aurais aucune dépense à faire. Ne pourrais-je pas fournir un document qui atteste que je vais chez elle ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.